Qu’est-ce qu’une méconnaissance ?

with Aucun commentaire

 

 

meconnaissanceC’est un mécanisme inconscient qui nous conduit à ne pas voir la réalité telle qu’elle est. Elle se manifeste par des phrases qui sont des généralisations – ou des minimisations – ou encore de la grandiloquence et de l’emphase.

Exemples :

« Ça m’étonne pas, tous les garagistes sont des voleurs  » : si pour certains cette phrase a le goût et l’odeur de la vérité, ce n’en est bien entendu pas une.

« 10 pages à taper ! Mais j’y arriverai jamais !  » : ce qui est à nouveau faux, ce n’est sans doute qu’une question de temps. Ce qui pourrait être juste serait par exemple : « Mais je n’y arriverai jamais en cinq minutes « .

« Ouh làlà, ben vé, c’est que c’est pas la porte à côté Aubagne  » : évidemment à pied depuis le Vieux Port ça se discute…

Les clichés sont ainsi par définition des méconnaissances de la réalité, puisqu’il s’agit de généraliser le particulier.

Les méconnaissances sont argumentées. C’est la différence avec une simple ignorance de la réalité. Dans ce dernier cas, vous ne savez pas, je vous donne l’information, vous la prenez (ou pas). Si c’est une méconnaissance la perception tronquée de la réalité n’est pas une simple erreur mais une construction de la réalité personnelle à laquelle la personne tient et qu’elle est prête à justifier. De fait, ses arguments sont inexacts mais suffisent à valider, à ces yeux, sa croyance. C’est pourquoi il peut être difficile de faire prendre conscience à quelqu’un qu’il est en pleine méconnaissance.

Exemples :

« L’amour c’est uniquement une question de phéromones « , « Je ne pense pas que ce soit uniquement cela « , « Si, c’est mon père qui me l’a dit et il est médecin « .

« Les dix personnes qui sont venues sont toutes des spécialistes de la question, je n’ai aucune chance de me faire entendre « , « Non, je vous l’ai dis seules deux personnes le sont « , »Oui, enfin c’est pareil « .

Pourquoi fait-on des méconnaissances ?

Pour de bonnes raisons ! Sinon on ne les ferait pas. Construire notre propre réalité, voir les choses comme ça nous arrange nous permet de ne pas remettre en cause notre vision du monde ou des autres, de ne pas toucher à nos croyances, à notre cadre de référence. C’est aussi un excellent moyen pour ne pas voir ou ne pas résoudre un problème (voir passivité ).